≡ Menu

émission webEncore une nouvelle à vous annoncer ! (oui j’adore faire de nouvelles choses et jongler entre différents projets!).

Pour vous soutenir au mieux dans votre recherche de passion, après le guide « Les Meilleurs Conseils de 18 EXPERTS pour trouver sa passion », je vous proposerais, dès aujourd’hui une émission web que j’ai appelé « Des Experts pour Trouver Sa Passion ».

Dans cette émission, je pars à la rencontre d’experts dans le but de faciliter votre cheminement.

Vous pouvez écrire dans les commentaires ou me contacter par mail pour poser les questions que vous aimeriez que j’aborde dans les interviews.

Pour la première émission « Des Experts pour Trouver Sa Passion », j’ai interviewé Mathilde Forget, qui est coach de vie personnelle et professionnelle.

Ceux qui ont lu le guide gratuit  « Les Meilleurs Conseils de 18 EXPERTS pour trouver sa passion » la connaissent déjà 😉 . Pour ceux qui ne l’ont pas encore téléchargé, c’est par là.

couverture

Mathilde a créé un bilan de « sens » et elle va justement nous parler de ce bilan dans cette vidéo.

Nous avons également abordé d’autres sujets comme:

– la procrastination

– la confiance en soi

– les objections de l’entourage quand on veut devenir soi-même

les erreurs les plus communes dans la recherche de passion

Mathilde partage également comment elle a trouvé sa passion!

Cliquez ici pour télécharger le guide gratuitement.

Partagez ce que vous pensez de cette premère émission et posez vos questions dans les commentaires!

Et si vous préférez lire, voici la transcription texte de la vidéo:

  • Pouvez-vous présenter ce qu’est un bilan de sens ?

Mathilde Forget : Un bilan de sens, c’est un bilan qui dure à peu près 6 heures, qui permet de se poser les bonnes questions. C’est-à-dire vraiment aller creuser au fond de soi

– Quel est le sens de la vie auquel j’ai envie d’aspirer ?

– Quel sens j’ai envie de retrouver à travers mon travail ?

Parce que, très souvent, on va choisir un travail par rapport à des compétences qu’on a développées où on pense effectivement qu’on aime plutôt un domaine d’activité, mais on ne va pas chercher en profondeur, au préalable, à quoi on a envie de contribuer, à quoi on a envie de servir en fait.

Donc, c’est du sens pour soi et également pour les autres, la société.

  • Comment avez-vous eu l’idée de créer ce bilan ?

Mathilde Forget : Moi, avant j’étais responsable RH et je voyais pleins de personnes qui ne se sentaient pas bien dans leur travail. Et ce n’était pas forcément lié à l’environnement d’entreprise, c’était vraiment lié à « est-ce que c’était en cohérence avec eux-mêmes »

Donc, j’ai commencé à me poser la question « comment on peut aider les personnes à se mettre plus en accord avec elle-même ? ».

Et là, je me suis intéressée aux bilans de compétences. Et j’ai bien vu que les bilans de compétences, même si ça a le mérite d’exister et ça a pu aider déjà beaucoup de personnes, je trouve qu’aujourd’hui, ça va pas assez loin pour notre génération.Par rapport aux questions que, maintenant, la société se pose ou que les personnes se posent.Parce que plus on avance et plus l’être humain approfondit sa quête de sens justement.

Et je trouvais qu’il y avait un décalage avec le bilan de compétences qui se focalise plus sur le passé, les compétences de la personne que ses aspirations profondes.

Et je trouvais que ça avait tendance aussi à laisser les gens dans des cases. Donc ça m’embêtait. Et je suis partie avec tout ça en me disant « bon, ok  qu’est-ce que je peux construire, créer comme méthode qui puisse partir de la personne pour vraiment l’aider à prendre conscience de ses motivations, ses aspirations et vraiment faire du 100% sur-mesure. Voilà comment j’en suis arrivé là.

  • Comment se déroule un Bilan de Sens ?

Mathilde Forget : Il y a d’abord une première phase, à peu près 3 heures,  de questionnements, ça n’a rien à voir avec les tests de personnalité. Ce sont des questions que moi  je pose à l’oral à la personne.

Ce sont des questions très profondes, qui sont décalées, qui sont ludiques et souvent des questions qu’on ne s’est jamais posé.

  • Pouvez-vous donner des exemples de questions ?

Oui, alors en exemple sur laquelle vous pouvez méditer ce soir,  si vous avez envie :

C’est une question qui est assez dure mais je trouve en même temps essentiel.

C’est tout simplement : « Si un jour vous êtes âgé et vous êtes sur votre lit de mort, à quoi vous avez envie de penser ? Quelles sont les choses auxquelles vous aurez envie de penser d’avoir vécu dans votre vie ? »

Et ça me semble essentiel comme question. Ça peut paraître un peu glauque mais malheureusement, en général, on ne peut pas se mentir dans ces moments-là.

Celle –là et évidente mais y en a d’autres (questions) qui vont être très subtiles et moi je vais faire appel à l’inconscient de la personne. Plus à sa partie cachée, à son âme…qu’est-ce qu’elle a envie de dire, qu’est-ce qu’elle aimerait exprimer dans ce monde…

Ensuite, on fait la synthèse ensemble et puis on voit comment concrètement ça peut se matérialiser dans un métier, dans un projet professionnel. Si le métier n’existe pas, on peut le créer, on peut créer son entreprise, son statut. C’est une phase très créative. On travaille ensemble pour aller plus loin dans la créativité des idées justement.

Et la dernière phase du bilan de sens, c’est de commencer à lever les freins. Parce que si on est au clair sur ce qu’on veut faire mais que derrière, on a encore ces doutes, ces blocages, ces limites. Et bien, on ne le fait pas !

  • Il arrive aussi que des gens ont l’impression d’avoir trouvé leur passion, mais ils ont tendance à procrastiner et ont du mal à passer à l’action.Est-ce que, selon vous, c’est parce qu’ils n’ont pas encore trouvé leur vraie passion ou alors parce qu’ils manquent de confiance en soi ?

Mathilde Forget : C’est une bonne question, ça peut être les deux. Ça peut être, effectivement, une personne qui pense avoir trouvé sa passion, mais comme ce n’est pas sa véritable passion, elle a du mal à passer à l’acte parce qu’elle sent que quelque chose n’est pas juste en elle : ce n’est pas complètement en accord avec elle, donc elle ne se lance pas.

Mais il peut aussi y avoir des cas de personnes qui ont trouvé leur passion, leur vocation mais qui se mettent des blocages, ont peur de l’échec, du regard des autres…

  • Est-ce qu’on peut dire que si on a trouvé notre passion, la confiance en soi vient d’elle-même ?

Mathilde Forget : Oui, tout à fait ! J’allais vous le dire ! J’ai beaucoup de clients qui me disent « Moi, je n’ai pas confiance en moi est-ce qu’il faudrait peut-être que je commence par un travail sur la confiance en soi ? ». Et moi je dis « non, on commence par votre vocation, parce que en trouvant votre vocation, je suis sûr qu’il y a pleins d’éléments du manque de confiance en vous  que vous avez qui vont partir !»

  • Pouvez-vous parler de votre propre cheminement ? Comment vous avez trouvé votre voie ?

Mathilde Forget : Moi, j’ai déjà senti un appel pour tous ce qui était bien-être, développement personnel quand j’étais enfant. Déjà, je me suis intéressée.

Ensuite, je me suis dit un métier dans l’humain…j’avais envie d’aider les gens à plus communiquer entre-deux, à être plus en paix. Donc, je m’étais dit je ferais bien de la RH en entreprise pour aider le dialogue.

Je suis partie en école de commerce, ensuite lors de mon école, j’ai eu des gens sur ma route qui m’ont complètement dissuadé en me disant « la RH, c’est complètement bouché. Tu ne feras jamais un boulot intéressant en sortant de l’école etc… »

À l’époque, j’avais 20 ans donc, plus influençable, je me suis dis « bon, dans ces cas-là je vais partir vers autre chose ».

J’ai commencé à travailler en marketing, en me disant que au moins il y avait une part de créativité que j’aime beaucoup que j’allais quand même retrouver.

Mon premier job, j’étais chef de produit à Hong Kong. C’était une superbe expérience ! Jusqu’au jour où on est venue me demander la validation d’une couleur pour un produit entre un vert ou un vert qui pour moi était la même chose, vraiment ! Et là, je me suis dit « mais en quoi mon travail influe positivement la société, qu’est-ce que j’apporte ? Est-ce que ça a du sens pour moi ? Non ! ».

Donc, j’ai décidé de rentrer en France. Au départ, j’ai commencé par regarder les offres d’emploi en RH, en me disant « je vais partir vers mon projet initial », mais je sentais que ce n’était pas complètement ça. Donc, j’avais déjà compris à ce moment-là que je vais devoir créer mon propre métier.

J’ai repris une formation d’entrepreneur qui m’a donné les bases pour créer mon activité plus tard et après, je me suis dit : « quand même, il faut que je passe par une expérience en entreprise pour comprendre comment ça se passe, donc, j’ai bossé en chasse de têtes et ensuite j’étais responsable RH à 25 ans ! Je me suis vraiment éclatée, j’ai mis en place pleins de nouvelles choses et au fur et à mesure mon projet murissait.J’ai toujours cet affect vers l’humain.

En parallèle, je faisais des formations en développement personnel, en coaching…c’était clair que je voulais coacher mais qui ? Comment ? Et puis, au fur et à mesure, les choses sont devenues plus claires.

  • Est-ce que vous trouvez que l’entourage peut représenter un obstacle ou un frein quand on veut innover et sortir des « cases » ? Et que recommandez-vous dans ce cas-là ?

Mathilde Forget : Alors, effectivement, l’entourage peut sembler un frein parce qu’à des moments, ils ne vont pas partager le même engouement, tout simplement parce que ce n’est pas leur passion ! Quand c’est la vôtre, c’est facile, vous le savez même si vous avez des moments de doute, vous savez qu’au fond de vous, vous avez envie de ça.

Et plutôt que de voir l’entourage comme un frein, moi j’invite plutôt les personnes à le voir comme un entrainement. J’explique : quand on est innovant, y a de grandes chances qu’on soit confronté par la suite à des objections des autres parce que c’est nouveau « mais, pourquoi tu fais ça ? Et pourquoi tu ne fais pas autrement ? ».

Et le fait d’avoir un entourage qui ne partage pas forcément votre élan ça vous renvoie à « mais est-ce que moi j’ai vraiment envie de ça ? » et à renforcer encore votre envie, votre motivation.  C’est comme si c’était une première phase de test pour voir si vous avez vraiment envie d’y aller et pour vous renforcer. Parce que, par la suite, quand vous aurez d’autres personnes qui vous donneront des objections, ça ne vous fera rien ! Vous direz « oui bah voilà pour ça », « ah ok ». Alors qu’au tout début ça affecte parce qu’on doute encore de soi.

Donc on peut voir cette phase où  l’entourage n’est pas forcément en adéquation ou qui ne comprend pas forcément, comme un entrainement.

  • Quelles sont les erreurs les plus communes dans la recherche de passion ?

Mathilde Forget : D’abord il y a la réponse évidente qui est « j’aime faire du chant, je vais être chanteuse ». Ça peut être une possibilité, mais je pense que c’est important de creuser plus loin :

  • pourquoi on aime le chant ?
  • qu’est-ce qui nous plaît là-dedans ?

Et de trouver d’autres métiers et projet où l’on puisse retrouver la même racine, là ça devient intéressant. Parce qu’en fait, on ouvre le spectre de possibilité. Plutôt que d’avoir admettons une idée, on peut en avoir 5. Et là, on peut choisir.

C’est vraiment le côté trop évident, par exemple, il y avait beaucoup de personnes qui sont venus me voir en bilan de sens en me disant « oui mais avant j’ai déjà fait un bilan de compétences et ça ne m’a rien apporté ». Je leur demandais « qu’est-ce qui s’est passée ? Expliquez-moi. »

Et ce qui se passait, c’est par exemple : « vous êtes quelqu’un d’extraverti, très communicant, faites de la communication », voyez? Ce genre de raccourci !

Ou « vous êtes empathique envers les autres, devenez psychologue ». ça peut être en lien mais c’est une réponse. Et quand on fait le brainstorming avec mes clients sur le projet professionnel, avec toutes les idées qu’on met en commun, on peut avoir une vingtaine d’idées ! Facilement !

Evitez ce genre de raccourci trop facile, trop évident, trop bateau je dirais, pas fin dans l’analyse. Ça manque de finesse, je trouve, souvent les analyses en orientation.

  • Merci Mathilde !

Mathilde Forget : Merci à vous Elmas et puis je vous souhaite vraiment à tous de trouver votre passion au plus tôt !

Retrouvez les conseils de Mathilde Forget et de 17 autres experts dans le guide gratuit « Les Meilleurs Conseils de 18 EXPERTS pour trouver sa passion ». Cliquez sur l’image ci-dessous pour le télécharger tout de suite:

couverture

Et partagez ce que vous en pensez de cette toute première émission !

{ 2 commentaires… add one }
  • Une très belle vidéo Elmas et le contenu avec Mathilde très intéressant : il ouvre de bonnes pistes de réflexion.

Commentez cet article